domingo, 25 de dezembro de 2011

GRANDE PROSTITUTA

O Escriba Valdemir Mota de Menezes divulga o fato do "santo" católico do Brasil, padre Anchieta ter sido um assassino, que matou um cristão usado pelo Espírito Santo. Hoje vários monumentos no nosso país tem o nome deste carrasco, filho do Diabo. A Igreja Católica Romana é a Grande Prostituta que derrama o sangue dos servos de Deus.



http://www.edicoescristas.com.br/produto.php?vitrine=322
----------------------------------

Título
O Santo que Anchieta Matou

» Autor
Aníbal Pereira dos Reis

» Descrição

Este livro fala da importância de um homem nos primórdios da colonização do Brasil. Não se trata de Anchieta, mas de Jean Bollés, alguém que foi perseguido e martirizado pelo jesuíta pelo simples fato de manter-se fiel à Palavra de Deus e ao nosso Senhor Jesus Cristo. Precisamos ser despertados quanto aos "heróis" que aprendemos a conhecer e admirar em nossas aulas de história quando crianças.


------------------------------------




















































































--------------------------------------------

quarta-feira, 2 de novembro de 2011

A MULHER E O DRAGÃO

O escriba Valdemir Mota de Menezes ministra um estudo sobre o capítulo doze do Apocalipse e mostra que a mulher na simbologia bíblica é a nação de Israel e não Maria, mãe do corpo físico de Jesus. (audio em português)


1
video

2
video


3
video


4
video


5
video

quarta-feira, 22 de junho de 2011

COURANTS DE INTERPRÉTATIONS

Ce qui suit est tirée de Wikipedia, le scribe de Valdemir Mota de Menezes trouvé intéressant, et de rassembler sur ce site.



COURANTS DE INTERPRÉTATIONS

Interprétations générales
Le langage hautement symbolique de ce livre a ouvert la voie à de très nombreuses interprétations, qui diffèrent selon les sensibilités et les époques. Cependant on retrouve en général cinq grands courants.

1 - La thèse idéaliste voit l'Apocalypse comme un combat entre les forces du bien et celles du mal. Tout est affaire de symbole. Parmi les adeptes de cette interprétation, on peut noter Clément d'Alexandrie et Origène (IIIe siècle).

2 - La thèse prétériste (praeter : avant) considère l'Apocalypse comme un livre d'histoire y retrouvant des événements comparables à ceux survenus durant la guerre de Judée (Ier siècle).

3 - La thèse présentiste ou historique fait le rapprochement de l'actualité et des événements décrits dans le texte. De nombreux personnalités illustres ont soutenu cette vision, comme Wycliffe, Luther, Joseph Mede ou encore Isaac Newton.

4 - La thèse futuriste voit dans ce livre une peinture des événements à venir, une prophétie. Cette dernière conception donne lieu à de multiples interprétations, visant à rattacher les symboles à des événements du présent.

5 - La thèse mystagogique, la plus permanente dans l'exégèse, qui voit dans ce livre une description de l'Église elle-même, dans sa liturgie, en tant que Jérusalem Céleste. À ce titre, ce qui y est dévoilé correspond aussi aux aspects de l'Église terrestre qui n'est que son reflet en perpétuel devenir (sa liturgie, ses sacrements, ses temps - y compris ses derniers).


Divers commentateurs chrétiens modernes considèrent que les thèses historiques et futuristes sont toutes les deux valables. La supposition de départ est que, étant donné que l'Apocalypse traite du jugement du monde, elle ne peut pas être limitée à un regard actuel sur les événements entourant Jean vers le milieu du Ier siècle (temps de Néron). En même temps, il serait exagéré de penser que Jean aurait écrit ce texte uniquement à destination de lecteurs du futur, sans qu'il eût d'intérêt pour ses contemporains. Cette approche suppose donc que l'Apocalypse comportait un message à destination de ses contemporains, tout en revêtant un caractère prophétique concernant les «temps de la fin».
La critique interne de l'Apocalypse conduirait très certainement à une datation de l'Apocalypse du temps de Néron, et plus précisément du temps de la persécution de Néron (vers 66-67).
La Bête de 666 (cf. Ap 13,18) ne serait autre que Néron lui-même selon l'interprétation la plus fréquemment donnée de cette gématrie. D'autre part l'écrivain nous déclare (cf. Ap 17,10) que lorsqu'il écrivait le sixième "Roi" était encore vivant.
Or le sixième empereur romain (Basileus, en grec) fut précisément Néron selon la manière habituelle de compter des Anciens (cf. Suétone : Vie des douze Césars). Soit:
1. César
2. Auguste
3. Tibère
4. Caligula
5. Claude
6. Néron
Cette manière de voir éclaire l'Apocalypse. Les deux témoins de Ap 11,1-13 ne seraient autres que les apôtres Pierre et Paul, victimes récentes de la persécution de Néron. Babylone, la ville assise sur 7 collines (cf. Ap 17,9) serait, bien sûr, Rome.
La Femme, mère de l'enfant mâle (cf. Ap 12), ne peut être que Marie, la mère du Christ, dont, on le sait, Jean avait pris la charge (cf. Jn 19,27).
Le petit livre de Ap 10, révélé à Jean mais non encore rédigé, n'est autre que le futur quatrième évangile que Jean méditait déjà dans sa retraite de Patmos, avec sa division nettement septénaire : les sept tonnerres, ou révélations, de Ap 10,3-4 (Voir Plan septénaire de l'évangile de Jean).
La première tête de la Bête (cf. Ap 13,3) blessée à mort, mais qui reprit vie, fut César, fondateur de la dynastie, assassiné aux ides de mars (en - 44) mais ressuscité en les personnes de ses successeurs qui reprenaient son nom de César.
On peut interpréter le millenium d'Ap 20,1-6, et la première résurrection, comme un temps de réussite provisoire de l'Église du Christ, temps qui devait suivre la chute de l'empire romain. En somme une époque de chrétienté.
L'Apocalypse ne prétend pas décrire seulement la fin du monde, et les catastrophes qui la précèderont, mais bien toute l'histoire humaine avec ses péripéties: le présent (des Églises), cf. Ap 1,9 --- 3,22; le passé, éloigné ou immédiat, cf. Ap 4,1 --- 13,18; et l'avenir, proche ou lointain, cf. Ap 14,1 --- 22,5.
La parousie, et la Jérusalem d'en haut, seront seulement présentées en finale: cf. Ap 20,11 --- 22,5. (Wikipédia)

ÉPILOQUE DU LIVRE DE REVELATION

Ce qui suit est tirée de Wikipedia, le scribe de Valdemir Mota de Menezes trouvé intéressant, et de rassembler sur ce site.





Épilogue. (22,6-21)
Dans l’épilogue, Jean recommandait à son lecteur de conserver fidèlement, et même scrupuleusement, les paroles de la prophétie, dans leur lettre comme dans leur esprit. (Il faut voir là une sévère mise en garde à l’adresse des copistes d’autrefois qui n’hésitaient pas à corriger les livres qui leur étaient confiés). (Wikipédia)

ROME

Ce qui suit est tirée de Wikipedia, le scribe de Valdemir Mota de Menezes trouvé intéressant, et de rassembler sur ce site.



ROME

Sept tableaux sur le châtiment de Rome. (17,1 --- 19,10)
Ici, il nous était donné de contempler, mais dans un avenir plus lointain, en sept visions, le châtiment, cette fois définitif, de Rome, et sa chute.
Allégresse des élus dans le ciel à cette perspective.(Wikipédia)

DES SEPT FLÉAUX DES SEPT COUPES

Ce qui suit est tirée de Wikipedia, le scribe de Valdemir Mota de Menezes trouvé intéressant, et de rassembler sur ce site.


DES SEPT FLÉAUX DES SEPT COUPES

Vision des sept fléaux des sept coupes. (15,1 --- 16,21)
Nous entrions dans la partie proprement prophétique du livre. Désormais Jean allait évoquer « ce qui doit arriver plus tard » (Ap 1,19).
Car les dix Plaies d’Égypte, ici réduites à sept, n’allaient pas manquer de s’abattre sur l’empire romain, en punition de ses nombreux crimes, laissant présager son écroulement final.(Wikipédia)

DES SEPT TROMPETTES

Ce qui suit est tirée de Wikipedia, le scribe de Valdemir Mota de Menezes trouvé intéressant, et de rassembler sur ce site.



DES SEPT TROMPETTES

La vision et l'audition des sept trompettes. (8,2 --- 11,19)
Déjà retentissaient les trompettes annonciatrices du jugement final. Soudain les événements de s’accélérer. Le jugement devenait imminent. Plus seulement le quart, mais le tiers, des humains étaient frappés. Surgissaient non plus seulement des accidents, d’origine naturelle ou provoqués par l’homme, mais encore de véritables cataclysmes qui s’abattaient ; et c’était : Grêle, Feu, Sang, Masse embrasée, Globe de feu, Vents de sable, Astre, Sauterelles, Scorpions, Chevaux de guerre. Deux cents millions (chiffre fantastique !) de cavaliers menaçaient sur l’Euphrate. (C’était bien sous Néron, et non sous Domitien, que l’empire fut attaqué sur sa frontière de l’Euphrate). Feu, Fumée et Soufre vomis par la bouche de ces chevaux. Clameurs, Tonnerres et de nouveau Tremblement de terre. C’étaient là des événements quasi contemporains, encore enflés par la rumeur publique.
Cependant la voix des trompettes s’interrompait :
1°) par cette annonce que l’auteur, Jean, devait encore, avant que ne survînt la fin, proclamer l’évangile par le monde entier, et même rédiger un petit livre, en sept chapitres, contenant l’évangile.
2°) par la contemplation en esprit des deux hérauts de la foi, Pierre et Paul, qui venaient de rendre à Rome, au sein de la persécution, leur si glorieux témoignage.
En dépit de toutes ces calamités, les hommes, certes non, ne s’étaient pas repentis de leur idolâtrie coupable.(Wikipédia)

DES SEPT SCEAUX

Ce qui suit est tirée de Wikipedia, le scribe de Valdemir Mota de Menezes trouvé intéressant, et de rassembler sur ce site.



DES SEPT SCEAUX


La vision des sept sceaux. (4,1 --- 8,1)
Comme le prophète Daniel, Jean avait la vision grandiose du ciel. Il apercevait le trône de Dieu, et Dieu lui-même, entouré de tous ses anges. Dieu tenait en sa main un livre scellé, le livre des destinées du monde, prêt à être révélé. Mais personne, pas même les anges, n'était capable de l'ouvrir. Seul l'Agneau immolé, qui est Jésus-Christ, se trouvait digne d'en briser les sept sceaux.
Le Grand Livre de la prédestination se trouvait fermé depuis toute éternité. Et cependant, d’une manière mystérieuse, l’Agneau de Dieu en avait déjà entamé le « descellement », depuis, donc, qu’avait commencé l’histoire.
Et ce furent la Victoire, la Guerre, la Famine, la Mort, l’Épée, la Faim, la Peste, les Fauves, les Tremblements de terre, les Éclipses, les Étoiles filantes, la Tempête, bref toutes les calamités, naturelles ou provoquées par l’homme, qui depuis la plus haute antiquité avaient jalonné le destin de l'humanité.
Mais par delà toutes ces catastrophes, on apercevait déjà, comme par anticipation, la fin, telle que prédite, du monde et le triomphe, tel que promis, des élus.

LES SEPT LETTRES AUX SEPT ÉGLISES

Ce qui suit est tirée de Wikipedia, le scribe de Valdemir Mota de Menezes trouvé intéressant, et de rassembler sur ce site.


I. Les sept lettres aux sept Églises. (1,4 --- 3,22)
Dans un premier chapitre, ou cycle, le prophète Jean dédiait ses visions aux sept Églises qu’il avait sous sa juridiction directe, Éphèse et les six autres communautés qui dépendaient d’Éphèse. Il leur racontait qu'il avait eu une manifestation du Fils de l'homme, lui ordonnant d'écrire dans un livre tout ce qu'il avait entrevu sur l'avenir du monde et sur l'état présent des Églises. Il leur recommandait donc de veiller, et de revenir à leur ferveur première.
Mais, de fait, le jugement du monde était déjà commencé, depuis même la création : il s’accomplissait sous nos yeux car il n’était autre que l’histoire du monde.

quinta-feira, 16 de junho de 2011

CARTA A IGREJA DE ÉFESO

O escriba Valdemir Mota de Menezes mostra neste video alguns detalhes sobre a igreja local de Éfeso, no fim da era apostólica. Esta igreja colocava a prova os que se diziam home de Deus, mas que não se comprotavam como tal. Esta carta apocalíptica representa a igreja do período apostólico até o fim do segundo século da era cristã. (audio em portugues)


video


The scribe Valdemir Mota de Menezes in this video shows some details about the local church of Ephesus, at the end of the apostolic age. This church put to the test of man who claimed to be God, but that did not behave as such. This letter represents the apocalyptic church of the apostolic period to the end of the second century AD. (Audio in Portuguese)

quarta-feira, 9 de março de 2011

NATUREZA DO MILÊNIO

Nesta sequência de videos falo sobre as profecias bíblicas acerca do reino de Cristo no Milênio, quando o planeta Terra experimentará 1000 anos de paz. As caracteristicas do milênio descrito na Bíblia apontam para um evento futuro em que a Terra ainda não experimentou. (Audio em português)




In this sequence of videos I talk about the biblical prophecies concerning the kingdom of Christ in the millennium, when the planet Earth will experience 1000 years of peace. The characteristics of the millennium in the Bible point to a future event in which the Earth has not experienced. (Audio in Portuguese, by Theologien Valdemir Mota de Menezes)



In questa sequenza di video che parlano le profezie bibliche riguardanti il regno di Cristo nel nuovo millennio, quando il pianeta Terra sarà un'esperienza 1000 anni di pace. Le caratteristiche del millennio nel punto Bibbia ad un evento futuro in cui la Terra non ha sperimentato. (Audio in portoghese, teologo Valdemir Mota de Menezes)






NATUREZA DO MILÊNIO - PARTE 1

video


NATUREZA DO MILÊNIO - PARTE 2


video




NATUREZA DO MILÊNIO - PARTE 3

video


NATUREZA DO MILÊNIO - PARTE 4

video


NATUREZA DO MILÊNIO - PARTE 5


video

terça-feira, 8 de fevereiro de 2011

APOCALIPSE - CAPÍTULO 5

Faço uma meditação neste texto do Apocalipse. Uma leitura devocional.

video

quinta-feira, 3 de fevereiro de 2011

APOCALIPSE - CAPÍTULO 4

Breve comentário sobre o capítulo 4 do livro do Apocalipse. Descrevo este texto como um culto no céu da qual o apóstolo João foi testemuinha.


video

quarta-feira, 12 de janeiro de 2011

APOCALIPSE CAPÍTULO 1

APOCALIPSE CAPÍTULO 1


Um breve comentário deste capítulo do livro do Apocalipse analisado versículo por versículo.


video



video

Em casa faço uma meditação sobre a carta de Jesus Cristo a Igreja de Éfeso conforme esta escrito no Livro do Apocalipse, no capítulo dois. São três tipos de interpretação: A histórica, a figurada e a interpretação escatológica. A igreja de Éfeso representa o período da igreja pós-apostólica, que após grande sofrimento, no final deste período perde o primeiro amor por Cristo. (por escriba; Valdemir Mota de Menezes)